Retour aux actualités

Revue de presse

La Chine en questions !

03 juillet 2018

rustic-3441673_1920.jpg

Le sujet est un peu occulté par D. Trump et ses sorties sur les barrières commerciales mais le principal indice boursier chinois a reculé de plus de 20% depuis janvier. Dans l’immense imbroglio géopolitique et commercial qui se joue entre les Etats-Unis et la Chine, beaucoup de questions se posent.

Faut-il vendre ses actions chinoises sur ces niveaux ?

Un peu tard…pour ceux qui sont « collés » avec des niveaux d’achat plus élevés et qui ont changé d’avis fondamental sur le marché chinois, il est préférable de patienter avant de couper la position ; après une telle baisse un rebond « technique » est possible. Dans une optique long-terme, les niveaux actuels ne semblent pas être des niveaux de vente.

Que se passera-t-il si la Chine dévalue sa monnaie ?

Pour le moment, le mouvement sur la devise chinoise est limité. Nous ne sommes pas du tout dans un schéma Argentin ou Turc. A l’inverse de ces pays, la Chine a un contrôle très fort sur la parité. A ce stade, rien ne permet de penser que la Chine va délibérément laisser filer sa devise. C’est une menace pour les américains. En effet, si des barrières douanières de 20% sont mises à l’entrée des Etats-Unis sur certains produits mais que parallèlement les chinois laissent leur monnaie baisser de 20%, l’ensemble des produits chinois exportés verront leur prix baisser de 20% (sur l’ensemble de la planète !) ce qui créera un choc économique majeur. Les chinois ont longtemps été maitres dans la gestion d’une monnaie « faible » mais ils ont aussi fait preuve de responsabilité depuis plusieurs années en stabilisant les changes…car laisser filer sa devise comporte aussi des inconvénients : l’inflation augmente et les capitaux des riches chinois sortent massivement...et à moyen-terme l’économie finit par souffrir. Il est donc possible qu’à un moment les chinois agissent (ou menacent) d’agir sur les changes mais cela ne sera que pour peser sur les négociations et faire plier D. Trump.

La « guerre commerciale » est-elle le seul problème chinois ?

Non et c’est plus probablement la raison de la baisse actuelle. En fait, les chinois ont très massivement stimulé leur économie à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie. Cela a été efficace mais a aussi créé de profonds déséquilibres financiers. Depuis quelques mois les autorités chinoises procèdent à une forme de « nettoyage » dans le secteur financier pour limiter les risques liés à l’excès de levier dans l’économie et la finance en particulier. L’inconvénient de ce resserrement des conditions de crédit est qu’il pèse sur l’économie à court-terme. Effectivement depuis quelques semaines les données économiques chinoises sont moins bonnes. Le signal précurseur de ce ralentissement est donné par le marché des matières premières « industrielles » qui recule depuis quelques temps. Les investissements dans les infrastructures, données clés pour la Chine, ont progressé sur leur rythme le plus faible depuis 1995 pour les 6 premiers mois de l’année et les ventes au détail évoluent sur leur rythme le plus bas depuis 2003. Le poids de la Chine dans la croissance mondiale est tel que l’effet va d’ores et déjà plus loin que les frontières chinoises. La question va être dans les prochains mois de savoir si la Chine va rester sur le fait de privilégier une croissance plus saine mais un peu moins forte ou si la guerre commerciale va la conduire à revenir à un stimulus budgétaire et monétaire classique.

Dans le premier cas, des investissements en actions chinoises sont tout à fait envisageable, dans le deuxième cas, il faudra s’armer de patience avant de reprendre des positions et s’attendre à une forte volatilité.